fbpx

Le travail à pied est de plus en plus répandu chez les cavalier(e)s. En effet, de plus en plus d’entre eux souhaitent utiliser l’équitation éthologique pour améliorer leur relation avec leur cheval.

Cependant, il  n’est pas toujours facile de savoir quel exercice faire et surtout de comprendre l’utilité de chaque exercice dans la progression du cheval. On trouve beaucoup d’exemples d’exercices en ligne sur les plateformes de vidéos ou sur les blogs. Mais il est rarement expliqué pourquoi on utilise tel ou tel exercice de travail à pied.

Comme vous le savez déjà, je ne suis pas seulement blogueuse. Je suis également instructrice en équitation éthologique depuis plus de 10 ans. J’ai travaillé beaucoup de jeunes chevaux et aider beaucoup de propriétaires à comprendre et utiliser le travail à pied avec leur cheval.

Et la question : “Ok Sara mais quand je travaille toute seule, je ne sais pas par quel exercice commencer et quel exercice choisir en fonction de mon problème” revient souvent.

Pour commencer à répondre à cette question, il faut revenir aux bases, aux fondamentaux. Qu’est ce que l’on cherche à établir entre nous et notre cheval au travers du travail à pied? Quels types d’exercices vont me permettre de régler tel ou tel problème.

C’est ce que nous allons voir ensemble dans cet article.

LES 3 FONDAMENTAUX DU TRAVAIL A PIED

L’équitation éthologique consiste à utiliser les connaissances dont l’on dispose sur le comportement du cheval au naturel pour communiquer avec lui. Vous pouvez retrouver une définition complète dans mon article: L’équitation éthologique, définition et application.

Les chevaux entre eux communiquent principalement par le langage corporel. Si l’on veut qu’ils nous comprennent plus facilement, il nous faut donc apprendre à utiliser notre langage corporel. Et le meilleur moyen de communiquer avec lui grâce à ce langage est le travail à pied.

Les 3 fondamentaux du travail à pied sont 3 éléments de la relation avec votre cheval que vous allez améliorer dans votre progression:

  • La confiance
  • Le respect
  • La connexion
Cours d'équitation éthologique

Découvrez mes prestations en équitation éthologique

La confiance

Il faut qu’elle soit mutuelle. Plus votre cheval vous fait confiance, plus il est à votre écoute et plus vous avez confiance en lui.

Un cheval qui vous fait confiance c’est un cheval qui n’a pas peur de vous, ni de vous outils. C’est également un cheval qui accepte de s’en remettre à vous dans une situation inquiétante. Il va réfreiner son instinct de fuite parce qu’il sait que vous gérez la situation.

Vous voulez absolument pouvoir bouger, faire de grands gestes, bouger votre longe, votre cravache, votre stick, enlever votre manteau, … sans que votre cheval ne s’inquiète et ne déclenche la fuite.

Le respect

Le respect est également mutuel. Mais il s’agit surtout de votre sécurité. La 1ère chose que mon instructrice nous a dit lorsque j’ai passé le monitorat, c’est que l’équitation est le sport le plus dangereux, juste après les sports mécaniques.

Et il ne faut jamais oublier ça. Afin de diminuer ce risque, il est important de toujours être en capacité de contrôler votre cheval. Et en particulier de contrôler ses pieds.

Les chevaux à l’état naturel établisse une relation de dominance entre eux. Il n’y a pas de chef de troupeau ni de soumission de l’un par rapport à l’autre. La relation de dominance est très simple: le dominant est celui qui fait bouger le dominé et qui accède aux ressources (alimentation, eau, ombre, …) en priorité.

Mais une fois le lien de dominance établi, ils peuvent être et meilleurs amis de monde et se grattouiller à volonté.

Vous devez être dominant sur votre cheval. En effet, si ce n’est pas vous qui le faites bouger, c’est lui qui le fera! Et moi personnellement je ne te tiens pas à me faire bouger par une boule de poils de 600kg!

Le respect c’est donc en grande partie faire en sorte que votre cheval bouge quand vous lui demandez. Et vous, de votre côté devez respecter ses besoins naturels, ses coups de mou et ses coups de folies (tant que ça ne vous met pas en danger).

Sachez également que la confiance et le respect doivent être travaillés en parallèle et non tout le respect puis toute la confiance. En effet, quand vous travailler sur le respect, vous pouvez perdre un peu de confiance car vous allez devoir créer de l’inconfort. Et inversement, en travaillant la confiance, le cheval peut vous respecter un peu moins.

Livret de suivi de votre cheval

La connexion

La connexion le fait que le cheval soit attentif, avec vous, quand vous lui demandez quelque chose. Cela peut paraître évident, mais tout cavalier sait qu’il est très difficile d’obtenir une réponse de notre monture s’il est en train de regarder le copain qui part au pré, le chien qui aboie sur le chemin à côté ou la personne qui passe avec un parapluie.

Comme je dis régulièrement à mes clients, pour qu’un cheval apprenne un exercice il faut 3 choses simples:

  1. Qu’il voit que vous êtes en train de lui demander quelque chose (connexion)
  2. Qu’il comprenne ce que vous lui demandez
  3. Que ce soit plus confortable de le faire que de ne pas le faire

Le cheval n’est pas idiot. S’il voit que vous lui demandez quelque chose, qu’il sait ce que vous voulez qu’il fasse et que quand il le fait il a plus de confort que quand il ne le fait, pourquoi voulez vous qu’il ne le fasse pas ???

LES 10 THÈMES D'EXERCICES DU TRAVAIL A PIED

Vous savez maintenant qu’au travers du travail à pied, on vise à améliorer la confiance, le respect et la connexion avec notre cheval.

Il reste maintenant à savoir comment. Pour cela, nous avons à disposition une très grande palette d’exercices qui peuvent être différents selon la méthode que l’on utilise (méthode la Cense, méthode De Corbingy, méthode Blondeau, …). Mais quelque soit la méthode utilisée, les exercices font tous partis d’un des 10 thèmes que je vais détailler pour vous.

Personnellement, j’ai été formée au Haras de la Cense. Ce sont les exercices de cette méthode dont je parle dans cet article et sur ce site de manière générale.

Avant de rentrer dans le détail, je tiens juste à apporter une petite précision. 9 des thèmes que je vais évoquer permettent d’obtenir le respect du cheval. Je ne vais donc pas le répéter à chaque fois. Cependant, cela ne signifie pas dire qu’ils amènent uniquement au respect.

Espace personnel

Obtenir du cheval qu’il respecte votre espace personnel est la chose la plus importante pour moi afin de pouvoir travailler en sécurité. En plus du respect, cela permet également d’obtenir la connexion.

On va utiliser des exercices pour sortir notre cheval de notre espace, qu’il y reste, qu’il soit connecté même en dehors de notre espace et qu’il accepte d’éloigner ses postérieurs quand on lui demande.

C’est la base de la la base. Dans mes cours, les élèves comprennent assez rapidement que l’on ne fera pas grand chose d’autre tant que le respect de l’espace personnel ne sera pas à un niveau acceptable pour travailler en sécurité.

Désensibilisation

La désensibilisation consiste à rendre votre cheval “insensible” à vos mouvements, vos outils, aux éléments extérieurs (autant que possible) tant que notre langage corporel ne lui indique pas qu’on attend de lui une action.

C’est le thème d’exercices qui permet de travailler sur la confiance.

Une de mes clientes m’a dit un jour: “oui mais moi je ne suis pas trop pour désensibiliser mon cheval parce que je veux qu’il bouge quand j’utilise mon stick. Il a du mal à monter dans le van. Et j’arrive à le monter parce qu’il a peur de mon stick et part en avant quand je l’agite derrière lui.”

Oui on veut que le cheval bouge quand on utilise le stick (et on va le sensibiliser à ça). Mais on ne veut pas qu’il en ait peur. N’oubliez pas que les chevaux sont des proies. S’ils ont peur ils fuient. Et s’ils ne peuvent pas fuir, ils feront tout ce qui est en leur pouvoir pour y arriver y compris vous attaquer ou vous taper. Parce que pour eux c’est leur survie qui en dépend. Ne cherchez donc pas à provoquer la peur chez votre cheval car elle est à l’origine de beaucoup de comportements agressifs.

Dans le cas de ma cliente, je lui ai expliqué qu’il fallait d’abord lui apprendre à ne pas avoir peur. Puis sensibiliser indiquant au cheval que quand notre langage corporel indique une intention de mouvement, il doit respecter le stick et bouger.

Les gens font parfois l’amalgame entre faire en sorte que votre cheval ne bouge pas, et faire en sorte qu’il ne change rien à son comportement.

Désensibiliser ne veut pas dire “je bouge quelque chose ( sans intention), mon cheval s’arrête”. Cela signifie “je bouge quelque chose, mon cheval continue de faire ce qu’il était en train de faire.

C’est comme cela que l’on peut arriver à galoper, les rênes complètement longues avec une grosse bâche bleue dans la main qui s’agite autour du cheval!

Travail à pied - désensibilisation

La désensibilisation

Reculer

Pour devenir dominant sur notre cheval, il est essentiel de pouvoir le faire reculer.

On va pouvoir faire reculer le cheval de plusieurs manières différentes et combiner le reculer avec d’autres exercices:

  • avec une pression sur le mousqueton du licol
  • Avec une pression sur le chanfrein
  • A distance
  • A côté de lui
  • Dans un passage étroit (entre 2 barres, dans un couloir, entre 2 plots, …)
  • Par dessus quelque chose (barre, bâche, …)
  • En ligne droite ou sur une courbe

Le reculer est très important pour moi dans le contrôle des pieds du cheval. C’est ce que j’appelle le frein négatif. Et souvent un cheval qui recule bien, freine bien.

Quand je fais un débourrage, le reculer fait partie des exercices que je demande au poulain la première fois que je pose mes fesses dessus. Et comme je lui ai appris à le faire lors du travail à pied, ça se passe très bien.

Travail à pied - le reculer

Le reculer

Suivre une sensation (pression directe)

Les exercices qui apprennent au cheval à suivre une sensation sont les exercices qui permettent de préparer au travail monter.

Ce sont tous les exercices où l’on applique une pression directe sur le cheval ou sur le licol. On veut apprendre au cheval à ne pas utiliser le réflexe d’opposition mais à suivre la pression. Le réflexe d’opposition c’est le fait de mettre une pression égale à votre pression mais contre elle. Vous tirez, il tire. Vous poussez il tire.

Il faut donc apprendre à résister et non tirer et surtout à céder dès que le cheval répond. Ainsi, il obtient du confort, et la prochaine fois il cédera pour trouver ce confort.

Dans ce thème on retrouve des exercices comme:

  • Baisser la tête
  • Demander une flexion latérale
  • Mobiliser les antérieurs et les postérieurs avec une pression de votre main
  • Obtenir un déplacement latéral grâce à une pression de la main

Suivre une suggestion (pression indirecte)

Les exercices qui apprennent au cheval à suivre une suggestion sont les exercices qui permettent de préparer au travail en liberté.

On demande au cheval de bouger en étant à distance. Le contrôle de notre langage corporel est alors essentiel. Et je dis bien le langage corporel et non la voix.

Pour moi, utiliser la voix avec un cheval c’est de la fainéantise humaine.

Oui le cheval peut apprendre des mots. Mais non ce n’est pas comme ça qu’il communique au naturel.

Je mets au défi n’importe qui d’apprendre à un cheval à reculer plus rapidement en utilisant la voix que moi avec mon langage corporel. On peut faire l’expérience sur 100 chevaux, je gagnerai 99 fois. On utilise la voix parce que c’est ce qu’on maîtrise. Et  souvent on ne prend pas la peine d’apprendre à utiliser notre corps. Mais le cheval comprend bien mieux le langage corporel. Il apprendre plus vite, sera moins confus et plus connecté.

Une des raisons pour lesquelles il se déconnecte est “à quoi bon regarder ce que cet humain exprime dans son corps puisqu’il bouge dans tous les sens sans aucune logique!”

Utilisez correctement votre langage corporel et votre cheval sera plus connecté. Cependant, je n’utilise pas jamais la voix. Je l’utilise quand le cheval maîtrise l’exercice et que je veux le rendre plus fin, plus précis ou encore pour les exercices où on se trouve derrière et où ça aide beaucoup.

On va donc demander à notre  cheval de bouger tout en étant à distance:

  • Mobiliser les antérieurs et les postérieurs
  • Déplacement latéral
  • Reculer
  • Envoyer et cercler
  • Marcher à côté de nous et faire des transitions

Envoyer

Il s’agit ici de tous les exercices qui nous permettent d’envoyer notre cheval dans une direction ou une autre.

On va pouvoir envoyer sur un cercle, sur une bâche, dans un passage étroit, dans un van, sur un obstacle….

En éthologie (en tout cas dans la méthode La Cense), l’envoyer se demande face au cheval. On va indiquer une direction au cheval et lui demander de pousser ses épaules dans cette direction.

Travail à pied - l'envoyer

Envoyer sur une bâche

Cercler

Comme son nom l’indique, il s’agit de tous les exercices de travail sur le cercle. Dans ce thème on travaille les transitions, les désengagements (les postérieurs tournent autour des épaules) pour remettre le cheval en face de nous, l’incurvation ou encore les changements de direction.

Le langage corporel est encore très important car comme je l’ai explique plus haut, on n’utilise que très peu la voix.

Travail à pied - le cercle

Le cercle

Mener

Mener son cheval c’est pouvoir l’emmener avec nous dans la direction de notre choix.

On veut pouvoir marcher à côté de notre cheval, le diriger, accélérer et ralentir. Il est également important de pouvoir le mener en étant situé plus en arrière, jusqu’à complètement derrière pour le travail en longues rênes.

Dans le mener on inclus aussi le fait de ramener le cheval à nous en se mettant devant lui.

On pourra également mélanger le mener et la désensibilisation en menant notre cheval tout en agitant un sac plastique au-dessus de son dos.

Déplacement latéral

Là encore, tout est dans le titre. On va déplacer notre cheval latéralement.

Prenez bien soin de maîtriser le déplacement des hanches et des épaules avant de lui demander de faire les deux en même temps!

Isoler puis combiner

On pourra demander des déplacements latéraux par suggestion ou par suggestion, le long du pare botte, dans un couloir de barres, au dessus d’une barre, en s’éloignant ou en venant vers vous.

Travail à pied - le déplacement latéral

Le déplacement latéral

Liberté

C’est l’apogée de tout le travail à pied avec un cheval. Le travail en liberté demande de la confiance, du respect et de la connexion. Les 3 fondamentaux devant être équilibrés et suffisamment acquis.

Il s’agit de reprendre tous les exercices des thèmes précédents et de les faire sans licol en totale liberté.

Pour qu’un exercice de travail à pied soit réalisable en liberté, il faut que votre cheval réponde à la 1ère phase ou maximum à la 2ème phase de la demande. Sinon, il préférera vous quitter et s’éloigner que de rester subir l’inconfort des phases 3 et 4.

(Je rentrerai dans le détail de l’utilisation des 4 phases en éthologie dans un prochain article. Mais pour faire simple on va utiliser 4 phases d’inconfort pour amener le cheval à répondre à la 1ère phase qui est la moins inconfortable).

Le travail en liberté peut se faire dans un boxe, dans un paddocke, dans un manège, dans un pré, … Tout dépend de se que vous cherchez à obtenir et du niveau d’apprentissage de vous et votre cheval.

Le travail en liberté est ainsi un bon test pour voir où vous en êtes et le niveau de légèreté de votre cheval.

Vous pensez complètement maîtriser un exercice? Demandez le en liberté. Si votre cheval ne sait plus le faire, c’est probablement que votre cheval n’est pas encore si léger que ça. Orientez alors votre travail sur le fait d’obtenir la réponse en licol en phase 1. C’est à dire en licol, mais comme si vous n’aviez pas le licol.

Travail à pied - la liberté

La liberté

EN RÉSUMÉ

Dans cet article je parle beaucoup de contrôler son cheval. La base d’une bonne relation avec votre cheval c’est qu’il prenne de plaisir à suivre vos demandes. Autrement dit, vous le contrôlez et il aime ça.

Plus vous êtes sûrs de vous, plus vous êtes dignes de confiance, plus il ressent du bien-être à votre contact.

Vous obtenir une telle relation dans le travail à pied, vous devez vous concentrez sur 3 fondamentaux:

  • la confiance
  • le respect
  • la connexion

Tous les exercices que vous apprenez à votre cheval doivent aller dans ce sens. N’oubliez pas non plus d’alterner les types d’exercices. Vous risquez sinon d’avoir un cheval qui vous respecte mais vous craint. Ou au contraire un cheval qui vous fait confiance mais ne vous respecte pas.

Si cette article vous a plu, laissez-moi vos remarques en commentaires.
Si vous pratiquez l’équitation éthologique, racontez-moi votre expérience en commentaire.

A bientôt pour de nouveaux conseils!

Laissez un commentaire

vingt − un =

GÉNÉRATEUR DE SOURIRES ANIMALIERS